Vernier

Histoire de la compagnie des sapeurs-pompiers de Vernier (Cp 51)

Vernier en quelques mot

Avec 768 hectares, Vernier est, en superficie, la huitième commune du canton de Genève. Ses 32’000 habitants font qu’elle est la deuxième commune genevoise la plus peuplée, juste derrière la ville de Genève, et qu’elle occupe le dix-septième rang des communes et villes de Suisse.

Le nom de Vernier proviendrait du mot celtique «verne» désignant l’aulne (arbre d’Europe qui croît dans les lieux humides). Situé sur la route romaine Genève-Lyon, le village a probablement été fondé par les légionnaires romains qui vainquirent les Helvètes lors de leur tentative d’émigrer en France, en vue de s’installer sur des terres plus fertiles. Cette route empruntait le tracé de l’actuel chemin des Tattes, qui part de la sous-station transformatrice de la Renfile.

Lors de la construction de l’école de Châtelaine, en 1915, des fouilles mirent à jour des fers de mulets et de chevaux datant de l’époque des légionnaires de Jules César.
C’est à la révolution française que Vernier apparut comme commune, avec son maire, ses adjoints et son procureur. Après la chute de Napoléon, la République de Genève entreprend des démarches en vue de son union à la Suisse.

Les discussions furent longues entre les alliés d’une part, la Suisse et Genève d’autre part: Talleyrand ne voulait pas céder le Pays de Gex alors que la Suisse exigeait, pour accepter la République de Genève au sein de la Confédération, que ce futur canton ait une frontière commune avec le canton de Vaud.

Ainsi, au moment de l’union de Genève à la Suisse, Vernier fut l’une des six communes cédées par la France à la Suisse par le traitéde Paris du 20 novembre 1815, avec Versoix, Pregny,Collex-Bossy, Grand-Saconnex et Meyrin.Il fallut attendre le 4 juillet 1816 pour que le commissaire Fabry remette la commune à Louis Micheli, commissaire fédéral représentant la Suisse, assisté de l’avocat Bellot, la proclamation du rattachement de Vernier à la Confédération eut lieu à Vernier le 18 juillet 1816. Le 11 octobre de la même année, la Suisse remet Vernier à Genève sur la place de Meyrin où un monument commémore cet événement. Commune essentiellement agricole, elle comptait alors 566 habitants.
L’altitude maximale de la commune est de 449 m.
Des 566 habitants que comptait Vernier en 1816 aux 33’000 d’aujourd’hui, la municipalité a dû faire face à des défis très importants, notamment dans le domaine scolaire (19 écoles primaires), social (186 nationalités différentes se côtoient!) et sportif (plus de 30 clubs, 8 centres sportifs).
Pour plus de détails, veuillez vous référer au site officiel de la commune de Vernier. Cliquez-ici